menu Menu
close

Manège, scène nationale - reims

background
©Estelle Hanania

théâtre

Marionnette

CRÉATION 2019 / COPRODUCTION

Gisèle Vienne

Der Teich (L’Étang)

06 arrow 07.03

VE 06 MARS - 19:30 *
SA 07 MARS - 18:30

DURÉE 1H20

AU THÉÂTRE - TARIF A
PLACES NUMÉROTÉES - JAUGE RÉDUITE

SPECTACLE EN ALLEMAND SURTITRÉ

RENCONTRE * VE 06 MARS
Retrouvez l'équipe artistique à l'issue de la représentation


27 AOÛT 2019 - INFORMATION IMPORTANTE
DER TEICH - REPORT DES REPRÉSENTATIONS

Chers spectateurs ; nous vous informons que le spectacle DER TEICH sera reporté à la saison prochaine (2020 / 2021) pour des raisons indépendantes de notre volonté.
 

Après le fascinant Crowd, la metteure en scène Gisèle Vienne revient au Manège avec une pièce où figurent 15 marionnettes de taille humaine et les formidables comédiennes, Adèle Haenel et Kerstin Daley-Baradel. Pour ce nouveau projet, elle adapte un court texte de Robert Walser. Der Teich (L’Étang) plonge le public dans un jeu troublant entre fantasmes et réel…


Inclassables et souvent dérangeantes, les pièces de Gisèle Vienne auscultent avec subtilité notre part d’ombre, télescopent réel et fantasmes en faisant fi des disciplines artistiques - marionnettes, théâtre, danse, installation plastique et photographique. En choisissant d’adapter pour sa nouvelle création Der Teich (L’Étang) un texte de jeunesse de l’écrivain Robert Walser, l’artiste retrouve certaines de ses obsessions : les règles, leur respect et leur transgression.

Gisèle Vienne confie l’histoire d’un fils qui ne sent pas suffisamment aimé par sa mère, allant jusqu’à simuler un suicide, aux comédiennes Adèle Haenel et Kerstin Daley-Baradel. Magistrales, elles incarnent certains personnages, tout en prêtant leurs voix à d’autres qui sont représentés par quinze poupées de taille humaine. À mesure que les frontières entre intériorité et extériorité se brouillent, la cohésion de la famille et les codes du théâtre se décomposent.

Entourée de ses fidèles compagnons de création - Dennis Cooper, dramaturgie, Stephen O’Malley, musique, Patrick Riou, lumières - Gisèle Vienne crée une pièce à la fois simple et sophistiquée mue par une très grande sensualité et une oscillation constante entre réel et rêves éveillés.