menu Menu
close

Manège, scène nationale - reims

background
©Phile Deprez

danse

théâtre

PREMIÈRE FRANÇAISE / CRÉATION 2019 / COPRODUCTION / En partenariat avec la Comédie

Jan Lauwers / Needcompany

Tout le bien

08 arrow 09.02

SA 08 FÉV - 21:00
DI 09 FÉV - 17:00

DURÉE 2H

HORS LES MURS
À LA COMÉDIE
3 CHAUSSÉE BOCQUAINE

TARIF - PLACES NUMÉROTÉES
À PARTIR DE 18 ANS


Metteur en scène de théâtre et de danse, Jan Lauwers développe avec ses complices de la Needcompany une écriture scénique ciselée entre image, musique, texte et mouvement. Au cœur de ce théâtre collectif, le nouveau projet Tout le bien interroge la violence du monde à partir de leurs existences, de celle d’Elik Niv, un vétéran de guerre israélien et de leurs sentiments partagés.

Avec les membres de la Needcompany, Jan Lauwers a créé plus d’une vingtaine de pièces, des projets de cinéma et de vidéo. Alors que l’emblématique Chambre d’Isabella (2004) tourne encore, le metteur en scène et auteur imagine Tout le bien, une histoire de nature autobiographique. Elle puise à la vie d’un vétéran de guerre israélien Elik Niv, devenu danseur professionnel après un grave accident et une longue rééducation. Autant de faits d’une existence qui vient s’entremêler à celle de la famille de Jan Lauwers - sa femme la comédienne Grace Ellen Barkey, leurs enfants - installée à « Molenbeek la maudite » à Bruxelles. Tout le bien, c’est aussi l’histoire de Romy, jeune idéaliste, dont la rencontre en Chine avec le soldat Elik Niv a changé la vie.

Fiction mise en scène à travers la conversation de personnages hauts en couleurs, d’origines aussi diverses, Tout le bien comme les précédents spectacles, se fait l’écho d’une actualité tragique, celle des attentats de l’aéroport de Zaventem et du métro Maelbeek.

Tout le bien, c’est une histoire de perte et d’espoir. Interrogation sur l’identité, les nationalismes qui gangrènent l’Europe, la pièce jouée par les acteurs-danseurs-chanteurs de la Needcompany dont Grace Ellen Barkey et Jan Lauwers, laisse à chacun la liberté de témoigner d’une histoire qui se déploie à travers l’imaginaire et la mémoire des événements racontés. « Les artistes doivent tout mettre en œuvre pour que leur art poétique soit une réponse puissante au fléau de l’étouffement politique dans lequel nous nous dépêtrons aujourd’hui », affirme l’artiste flamand.