menu Menu
close
ticket Billetterie

Manège, scène nationale - reims

background
©Art Mustache

PARCOURS STUDIOS KABAKO

10.01 arrow 03.02


Fondés en 2001 par Faustin Linyekula à Kinshasa - République démocratique du Congo, puis installés à Kisangani en 2006, les Studios Kabako abritent et portent localement et internationalement des projets d’artistes, danseurs, chorégraphes, musiciens…
 

Associés au Manège pour la 2e saison, les Studios Kabako nous adressent plusieurs rendez-vous pour le début de l’année.
 

Entre premières et pièces récentes, voire en devenir, ce parcours met en lumière une effervescence créative. C’est aussi une occasion de retrouver en leurs œuvres certains artistes que vous avez déjà pu apprécier en tant que partenaires de scène de Faustin Linyekula ces saisons dernières.

  • arrow

    Biographie

    Que représente pour vous le fait d’être artiste associé au Manège ?

    F. L. : C’est d’abord la possibilité de s’inscrire dans la durée, dans une ville, dans une région. Pour mon propre travail, je ressens la nécessité d’être dans un endroit. Le projet des Studios Kabako, à Kisangani, s’appuie sur l’idée de compagnonnage sur le long terme et au quotidien. Se pose alors la question du lien au contexte, la manière d’articuler ce travail sur un territoire différent. Au-delà des spectacles, l’enjeu est de tisser des liens entre des artistes, un espace, un public, de créer un rapport intime avec les spectateurs. Et cette rencontre a eu lieu à Reims.

    Quels sont vos souvenirs les plus intenses de vos deux premières saisons à Reims ?

    F. L. : Mon premier atelier à Reims avec un petit groupe de personnes dans une situation de grande précarité. J’y ai rencontré un photographe syrien, réfugié depuis peu en France, dont le regard, la manière de capter les émotions, sont restés en moi. Il y a eu ensuite la représentation de Statue of Loss, une pièce consacrée au parcours de 32 soldats congolais tués durant la Première Guerre mondiale, donnée au Parc de Champagne devant le Monument aux héros de l’Armée noire. Un moment très fort émotionnellement où j’ai eu la sensation de participer, de manière modeste, au mouvement engagé pour la mémoire des combattants africains. Enfin, le concert chorégraphié pour la Fête de la Musique en juin 2019 à Orgeval a été une formidable expérience, une mise en partage de la danse et de la musique avec tous les habitants du quartier.

    Pour cette troisième et dernière saison, quels sont vos projets et vos envies ?

    F. L. : Continuer à aller à la rencontre d’un territoire et de ses habitants, partager des projets construits avec mes compagnons de route des Studios Kabako et présenter une création très personnelle qui raconte ma propre histoire du théâtre, à travers l’épopée du Ballet national du Zaïre créé en 1974, l’année de ma naissance, et qui a nourri mes rêves d’enfant. Avec Yves Mwamba, nous allons aussi développer un projet participatif dans le quartier du Chemin Vert. Après la crise sanitaire que nous venons de traverser, il me semble essentiel de réfléchir, tous ensemble, à comment on se retrouve, comment le théâtre, la danse, une certaine idée du partage, doivent se réinventer. À la fin de ce parcours avec le Manège, j’espère rester dans quelques corps, quelques têtes, quelques cœurs et revenir très vite

DANSE

Soirée Studios Kabako

10.01

MUSIQUE

SORTIE DE RÉSIDENCE

Huguette Tolinga & Uriel Barthélémi

Concert

17.01

DANSE

Dorine Mokha / Studios Kabako

Entre deux : Testament

21.01

DANSE

THÉÂTRE

Faustin Linyekula / Studios Kabako

Congo

01 arrow 02.02

CONFÉRENCE

N’Goné Fall

La création artistique au féminin en Afrique

03.02