menu Menu
close
ticket Billetterie

Manège, scène nationale - reims

background
©Droits réservés

CINÉMA

DE LA SCÈNE À L'ÉCRAN

Une femme sous influence

07.11

LU 07 NOV - 20H30
AU CINÉMA OPÉRA


En partenariat avec le Cinéma Opéra, plusieurs artistes de la saison vous invitent à prolonger ou anticiper le plaisir du spectacle vivant au cinéma en écho à leur univers artistique.


UNE FEMME SOUS INFLUENCE
John Cassavetes
1974, VOSTF, avec Gena Rowlands et Peter Falk
Marinette Dozeville nous invite à (re)voir ce classique du cinéma indépendant américain qui nourrit – parmi beaucoup d’autres – sa réflexion pendant la conception de Dark Marilyn(s).
En présence de Marinette Dozeville


PRATIQUE
Pour bénéficier de billets couplés, achetez votre pack spectacle-film à la billetterie du manège ou en ligne. La séance de cinéma vous coûtera 4€ seulement ! Votre contremarque sera à échanger à la billetterie du cinéma Opéra juste avant la séance.
 

  • arrow

    Biographie

    Depuis l’enfance, Marinette Dozeville a toujours éprouvé la nécessité d’incorporer les questions qui la traversaient. Dès ses premiers pas dans la danse, classique puis contemporaine, elle se sent attirée vers la chorégraphie. Ce qui se traduit d’abord par une sorte d’appel à écrire pour la scène. Procédant de manière intuitive, elle définit peu à peu son langage et ses motivations et continue aujourd’hui, selon ses propres mots, à se : « réjouir dans le tragique ». Treize années ont passé depuis la création de sa compagnie et son premier solo D’ailes. Depuis, une dizaine de créations ont vu le jour dont Performing Bal Disco – Le bal dont vous êtes le héros !, un bal moderne participatif créé en 2011 et PERF’, un one-woman-show chorégraphique (2012) bientôt suivi de Mu -Vénus anatomique réalisé en collaboration avec la vidéaste Do Brunet (2014).

    À chaque fois très différents, ses projets explorent différents thèmes. De la dimension collective et festive avec le bal, aux stéréotypes féminins dans ses plus récentes pièces. Le tempérament passionné de la chorégraphe la pousse à revendiquer la nécessité de l’inutile, le mouvement gratuit, tout autant qu’à défendre la capacité de la danse à poser des questions existentielles. Fascinée par la relation aux images autant que par les cultures populaires, elle s’est dernièrement investie dans l’histoire du féminisme, d’hier à aujourd’hui. Avec un bagage culturel aussi déterminant, comment faire sur un plateau pour exister à travers le regard de l’autre, tout en dépassant les codes et les attentes dont les femmes sont porteuses ? Une question que la chorégraphe se pose dans sa création Dark Marilyn(s).

DANSE

PREMIÈRE

MARINETTE DOZEVILLE

Dark Marilyn(s)

03 arrow 04.11